Actualité

Bénin/Demande d’asile Politique : La situation se complique pour Sébastien AJAVON au niveau de l’OFPRA

Bénin/Demande d’asile Politique : La situation se complique pour Sébastien AJAVON au niveau de l’OFPRA

Par Daniel TOGNANDAN

La demande d’asile introduite par Sébastien Ajavon, condamné à 20 ans de prison ferme au Bénin pour trafic de cocaïne, risque d’être rejetée par le Conseil d’administration de l’OFPRA, a informé ce mercredi en soirée une source à Paris. En effet, aux termes de l’article L741-4 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, l’admission en France d’un étranger qui demande à bénéficier de l’asile peut être refusée, si cet étranger a la nationalité d’un pays considéré comme un « pays d’origine sûr » ; c’est-à-dire d’un pays qui veille au respect des principes de la liberté, de la démocratie et de l’état de droit, ainsi que des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Le Bénin figure toujours parmi les 16 pays considérés comme « surs »par l’OFPRA à travers sa dernière décision de 2015.

C’est une première dans l’histoire de l’OFPRA. L’institution aurait reçu, une demande d’asile, d’un opérateur économique condamné pour trafic international de cocaïne. Alors que jusque-là, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides n’a accordé l’asile, qu’aux personnes persécutées en raison de leur orientation sexuelle, aux victimes de la traite des êtres humains, des mineurs isolés et des victimes de la torture et autres, elle devra statuer sur le cas d’un Béninois recherché dans son pays pour trafic de drogue.

De source proche de l’Office, Sébastien AJAVON sera fixé sur son sort dans trois mois. Selon des informations recueillies dans le milieu judiciaire, l’homme d’affaires, qui entre temps s’est reconverti en politique après sa participation à la présidentielle de 2016, risque de subir un nouveau revers après sa condamnation à Cotonou par une cour spéciale à 20 ans de prison. De sources concordantes, et selon les statistiques de l’OFPRA, un seul béninois a obtenu l’asile en France depuis des années. Ceci en raison des critères pris en compte par l’OFPRA pour trancher. En réalité le Bénin, est considéré comme un pays démocratique où les droits de l’homme sont respectés. De même, le Ministère de la justice à Cotonou rassure de l’indépendance de la Justice et bandit les nouvelles réformes entreprises à Cotonou pour lutter efficacement contre la corruption.

Selon une source proche de l’OFPRA, pour l’ensemble de l’année 2017, la demande d’asile globale introduite auprès de l’organisme a  atteint les 100 412; une  hausse de 17 % par rapport à 2016. Si en tête des pays pourvoyeurs de demandes d’asile on retrouve  l’Albanie , la Géorgie , la Syrie, la Jordanie, le Liban, la Turquie et autres, le continent africain n’offre que quelques rares cas. Ils viennent souvent des pays qui ont connu la guerre , comme la Côte d’Ivoire , et la Guinée. Aucun ressortissant de pays figurant sur la liste des « pays sûrs » n’a obtenu l’asile ces dernières années. “Logiquement la demande de Sébastien Ajavon sera rejetée”,  martèle notre source.

Elle rappelle d’ailleurs que l’opérateur économique n’est pas un exilé politique, mais un citoyen en délicatesse avec la loi. Libéré au bénéfice du doute dans une affaire de Cocaïne, il a été condamné après l’appel du procureur par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme à Porto Novo, capitale économique du Bénin. Même si ce dernier a clamé sur les médias internationaux qu’il était innocent et faisait l’objet d’une cabale politique, il a brillé par son absence au tribunal en optant pour la politique de la chaise vide. Une attitude qui a d’ailleurs été condamné par  un de ses anciens avocats qui a dénoncé à Cotonou, une défense hasardeuse organisée par l’entourage de Sébastien AJAVON.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *