Dossier

Quand Patrice Talon fête de l’inconvenance révoltante en Allemagne ! Voler un tamtam, c’est facile, mais où est-ce qu’il faut le jouer sans être découvert, reste une grande équation

Quand Patrice Talon fête de l’inconvenance révoltante en Allemagne ! Voler un tamtam, c’est facile, mais où est-ce qu’il faut le jouer sans être découvert, reste une grande équation

Monsieur le Président de la République, où trouvez-vous la force de regarder encore vos compatriotes les yeux dans les yeux ?

Qui peut dire le nombre d’impairs ou de maladresses commis à la tête de l’Etat, depuis l’accession de Patrice Talon à la présidence de la République? Faute de réponses, nous nous contenterons d’évoquer deux faits. L’adage qui prédit qu’il n’y a jamais deux sans trois s’est vérifié, en ce qui concerne Patrice Talon ces derniers temps. En effet, après avoir humilié le peuple béninois, le mardi 26 avril 2016 à l’Elysée, avec des propos graves et des idées à controverses, le Président de la République a encore raté l’occasion d’éviter au peuple béninois une énième humiliation.

Invité à prendre la parole au Sommet G20 sur l’investissement en Allemagne, le peuple béninois a été une fois encore scandalisé d’entendre son président faire l’apologie du règne de la finance sur l’humanité en justifiant devant les grands hommes de ce monde les lois antisociales ( loi sur l’embauche, loi sur le licenciement, loi sur le droit de grève… ) par la nécessité selon lui de booster l’investissement privé. Plus grave là où Patrice Talon s’attendait à des ovations, il a eu droit, à l’hilarité générale. Disons-le net, notre président de la République est totalement en rupture avec son peuple travailleur.

Comme on le voit le Président Patrice Talon et sa majorité parlementaire veulent se faire passer pour des champions de reformes, sauf qu’ils reforment ce qui n’a pas besoin de l’être, ils créent des prétendues solutions à des problèmes qui n’existent pas ! De même que l’on a fusionné la police et la gendarmerie sans raison, on vote des lois pour changer le cadre légal existant sans raison! Pire la promulgation de la loi n°2017-05 du 29 août 2017, fixant les conditions et la procédure d’embauche empoisonne les relations sociales, crée un climat de suspicion, tue toute fidélité des employés  aux employeurs! Un véritable manque d’humanisme de l’exécutif et du législatif.

Quel béninois n’a pas été scandalisé d’entendre le Président Patrice Talon faire l’apologie de l’encadrement du droit de grève au Bénin. Il disait que désormais au Bénin, la durée totale de la grève ne peut excéder 10 jours au cours d’une même année, 07 jours au cours d’un même semestre et 02 jours au cours d’un même mois. C’est en définitive toute l’approche erronée que fait le président Patrice Talon de sa gouvernance du pays. Le président de la République n’a cuir des luttes progressistes et anti impérialistes, de la préservation des libertés démocratiques et les droits acquits, de l’héritage de la lutte qui a conduit à la conférence nationale et au renouveau démocratique. C’est comme si aujourd’hui en France, on prenait des dispositions qui vont à l’encontre des acquits de la Révolution Française qui a donné lieu à la déclaration universelle des droits de l’homme et des citoyens de 1789!

Le président Patrice Talon doit se convaincre désormais que ses soutiens lui cachent la vérité. En des termes plus prosaïques : ils lui mentent ! En effet, ils font tout pour l’empêcher de se rendre compte de son impopularité causée par la déception de ce peuple meurtri de sa gestion plus que catastrophique. Malheureusement, le Roi, lui aussi, tombe toujours dans les pièges de ses thuriféraires, lesquels, en véritables prédateurs des ressources publiques, ne songent qu’à leur panse, usant et abusant de leurs positions privilégiées pour faire croire à Patrice Talon qu’il est aimé par les Béninois. Lui aussi se plaît à ce jeu car ceux qui lui disent la vérité sont aussitôt considérés comme des ennemis et traités comme tels. Alors, bonjour la filouterie sur fond de louanges afin de travestir la réalité, crue et têtue, pour gagner une bonne place dans la cour du Roi et participer ainsi à la soupe royale, sans jamais être rassasié.

Alors, jusqu’où va mener tout ceci ? Il est temps pour Patrice Talon de se rendre compte de la réalité et d’œuvrer dans le sens de l’apaisement car vouloir user et abuser de la force ne servirait à rien. Il se trouve dans une position délicate, rappelant l’adage selon lequel : « Voler un tamtam, c’est facile, mais où est-ce qu’il faut le jouer sans être découvert », reste la grande équation.

Par Gilbert MAKOU

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *