Actualité Politique

Bénin/Politique : Le certificat de conformité est le plus puissant moyen de fraude électorale de toute l’histoire de la République du BÉNIN. 

Bénin/Politique : Le certificat de conformité est le plus puissant moyen de fraude électorale de toute l’histoire de la République du BÉNIN. 

Le Ministre de l’intérieur Monsieur SACCA LAFIA affirmait le jeudi 14 février 2019, que s’il devait laisser le processus électoral se dérouler normalement, il faudra environ deux mois pour que les partis  ( en réalité bloc républicain et union progressiste ) remplissent les conditions fixées au Titre II chapitre premier de la présente loi portant Charte des partis politiques en république du BÉNIN.

Il affirmait que c’est donc pour aider les partis ( en réalité ceux proches ) du pouvoir TALON qu’il a été décidé de créer une disposition transitoire  ( unilatéralement et illégalement ) avec l’institution du certificat de conformité, une pièce illégale en violation de la loi portant Charte des partis politiques ( article 20 ) et du code électoral.

Tout a commencé le 1février 2019. La Cour constitutionnelle donne l’assaut par le truchement d’une mystérieuse saisine.

Un cirque de manipulation se distille par des manœuvres de diversion faisant état de la non – conformité des partis politiques illégaux autour de Patrice TALON, bloc républicain et union progressiste…

Dans la foulée autour du 07 février 2019, tous les partis en création et en mise en conformité reçoivent des avis de rejet pour non conformité de leurs dossiers.

L’ABDC du célèbre Professeur Joël AIVO, démonte les supercheries et du Code électoral et de la Charte des partis politiques en vigueur à l’occasion d’une activité intellectuelle dénommée ” Clinique électorale ” tenue le 14 février 2019 à l’INFOSOSEC à Cotonou.

J’évoquais lors de mon intervention pendant cette  activité,  fort de mes expériences en matière de la traque contre les ingénieries de la fraude, le fameux certificat de conformité du pouvoir TALON comme l’un des plus puissants  moyens de fraude.

L’Opposition politique, le lundi 18 février, se rend compte de la gravité.

L’opinion publique est alertée. Les chancelleries étrangères saisies. Les Président des Institutions saisis. Les corps constitués saisis. Le Chef d’état-major général des Armées, le Contre Amiral AHO saisi. Monsieur Patrice TALON saisi en sa qualité de Chef de l’Etat;

Le 21 février 2019, comme si le ridicule ne tuait pas, Patrice TALON active à travers SACCA LAFIA son plus puissant moyen de fraude électorale : le frauduleux  certificat de conformité.

Tous les partis ouvertement hostiles au pouvoir TALON,  tous les trois partis politiques de l’opposition politique au BÉNIN,  RE, FCBE, USL sont exclus de participer aux élections législatives d’Avril 2019.

 

Voilà le rappel des faits. 

Le cas “RESTAURER L’ESPOIR”( RE ):

Les motifs fallacieux de la tricherie du pouvoir TALON.

On reproche au parti RESTAURER L’ESPOIR, d’avoir mis sur la liste des membres fondateurs à sa constitution en 2006, une personne née dans la Commune de BANIKOARA, une autre dans celle de PEHUNCO, et une troisième dans celle de POBE. Que pour improbable que cela puisse paraître, ces personnes en 2006 étaient des mineures; écrit SACCA LAFIA. Ce qui est une pure machination.

Pour cette raison, le Ministre Sacca Lafia  décide de remettre en cause le récépissé du parti RESTAURER L’ESPOIR.

Réaction du Parti RESTAURER L’ESPOIR :

 

Immédiatement, nous avons adressé au Ministre de l’intérieur Monsieur SACCA LAFIA, la liste exacte des membres fondateurs du Parti à sa création en 2006.

Les personnes signalées par Monsieur SACCA LAFIA n’y figurent pas.

Il s’agit d’une erreur tellement curieuse.

De plus le format du collège des membres fondateurs prévu par la loi portant Charte des partis politiques en vigueur en 2006 est départemental. La précision de la provenance communale, n’existait pas.

D’où a t – on pu sortir une telle manoeuvre erronée comme motif d’exclusion du Parti RE?

Nos investigations nous renvoient aux nouveaux collèges des membres fondateurs du Parti RESTAURER L’ESPOIR déposés le 14 décembre 2018 au Ministre de l’intérieur Monsieur SACCA LAFIA.

Et là, nous avons montré au Ministre de l’intérieur Monsieur SACCA LAFIA, qu’il s’est trompé, car les trois personnes sont bien majeures, et figurent sur la liste des membres fondateurs du Parti pour les communes de BANIKOARA, de PEHUNCO et de POBE. Mais pas à la création en 2006 comme le Ministre l’a cru et écrit. C’est au titre de la mise en conformité objet du dépôt du dossier de déclaration administrative effectué le 14 décembre 2018.

Une telle erreur ne peut être un motif pour une altération du récépissé no 082 du 08 septembre 2006 dûment enregistré et délivré par le même ministre en charge  de l’intérieur de l’époque.

Nous avons joint, notre déclaration administrative de constitution du 25 Août 2006.

Nous avons joint la réponse du 04 octobre 2006 par laquelle le Ministre de l’Interieur aaccusé réception de cette déclaration,

Nous avons joint le récépissé no 82 du 08 septembre 2006,

Une copie du journal officiel no 24 du 15 décembre 2006, p.1019.

Nous avons joint également la liste complète des membres fondateurs du Parti telle que transmise au Ministre de l’intérieur en 2006.

Et puis, il n’est pas des prérogatives du Ministre SACCA LAFIA, de réexaminer un dossier examiné 13 ans avant qui a été sanctionné par un récépissé définitif publié au journal officiel du BÉNIN 13 ans avant.

C’est une drôle de provocation !

L’examen du dossier de déclaration administrative de constitution du Parti RESTAURER L’ESPOIR est clos depuis 2006 par la publication au JOURNAL officiel de la République du BÉNIN le 15 décembre 2006.

L’autre chose plus curieuse encore est la suivante :

Le Ministre de l’intérieur Monsieur SACCA LAFIA écrit,  et c’est bien bizarre que la liste des  membres fondateurs du Parti RESTAURER L’ESPOIR déposée en 2006 à la création du parti diffère de celle déposée à la mise en conformité le 14 décembre 2018.

D’où le Ministre Sacca Lafia sort il une telle chose ?

En 2006, la loi portant Charte des partis politiques exigeait un collège départemental. Ce collège départemental devait comprendre 10 membres fondateurs au moins. C’est ce que nous avions fait. L’Etat est une continuité. Le récépissé définitif de 2006 est la preuve suffisante et nécessaire que les exigences légales en vigueur en 2006 ont été remplies.

En 2018, les exigences anciennes ont été  abrogées; le collège des membres fondateurs devient  communal. Le nombre est fixé à 15 au moins par commune.

Nous l’avons fait; nous avons déposé régulièrement au moins 15 membres fondateurs par commune pour toutes les 77 communes, pour le parti RESTAURER L’ESPOIR le 14 décembre 2018.

Nous avons satisfait aux observations et nos réponses ont été déposées le 13 février 2019 au Ministre Sacca Lafia.

Ce que chacun doit retenir et doit tenir pour logique et normal est :

 – Il est impossible que la liste déposée en 2018, ne soit pas différente de celle déposée en 2006.

– les deux ne peuvent pas être identiques. Simplement parce que les lois qui les organisent sont différentes.

La loi en 2006 exige 10 membres fondateurs  par département et la loi en 2018 exige 15 membres fondateurs par commune.

C’est curieux que Monsieur SACCA LAFIA, dont on connaît l’appartenance et les récentes responsabilités au sein de l’un des partis de Patrice TALON affirme que par le fait que la liste des membres fondateurs de RESTAURER L’ESPOIR en 2006, diffère de celle de RESTAURER  l ‘ESPOIR à la mise en conformité en 2018, il s’agit d’une nouvelle création et non d’une mise en conformité telle que  prévue à l’article 56 al.2.

Ce qui est paradoxal,  les citations faites par le Ministre Sacca Lafia au soutien de ses erreurs flagrantes ne sont pas à propos, les motifs sont biaisés.

On sent une haine empressée d’une hâte  à nuire indigne d’un citoyen, encore qu’il s’agit d’un intellectuel qui devrait savoir la gravité de ce qu’il fait.

Nous avons immédiatement attiré l’attention de Monsieur SACCA LAFIA sur ce qui nous paraît de sa part être des erreurs inadmissibles, des erreurs qui peuvent nuire à la paix, des erreurs synonymes de provocation politique.

Nous tenons à cette petite explication.

 

Que retenir ?

Il s’agit d’une pure plaisanterie de mauvais goût.

D’autres de l’opposition , ce qu’ils reçu ! Pures arguties d’un pouvoir aux abois.

Nos réponses ont été déposées le 21février 2019 au cabinet du Ministre SACCA LAFIA.

Aller aux élections législatives seul, je ne leur souhaite pas les conséquences; seuls ils en seront tenus responsables.

Candide Armand Marie AZANNAÏ.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *