Actualité

De l’exclusion au spectre du basculement

Bénin/Législatives 2019 : De l’exclusion au spectre du basculement

Certificat de conformité. Une nouvelle invention qui n’existe nulle part dans le nouveau Code Electoral. Mais qui émane de la volonté inique et  unique du juge constitutionnel. Toute formation politique voulant participer aux législatives de 2019 doit se plier à cette injonction de la Haute Juridiction du pays. Le concept d’exclusion est ainsi établit pour écarter les opposants de la course. Toutes les recettes sont réunies pour satisfaire la soif du camp présidentiel au détriment des dispositions préliminaires déjà trop restrictives. Le climat dévient de plus en plus tendu et les signes du basculement des fondamentaux démocratiques se précisent.

 Par Dieudonné AWELE

Le mode opératoire d’exclusion est mis en branle. Une méthode politique dont les conséquences sont souvent difficiles à gérer. La Côte-d’Ivoire en est un exemple palpable. Inutile de revenir sur le concept de l’ivoiriété. Tel n’est pas le cas précis au Bénin. Mais le constat révèle que toute commence par l’exclusion à travers des lois, des décrets ou encore des machinations taillés sur mesure. A un détail près, c’est ce qui s’observe aujourd’hui dans le pays que dirige Patrice Talon depuis 2016. Le fonctionnement du régime dit du ‘’Nouveau Départ’’ et/ou encore de la ‘’Rupture’’ consiste à arranger tout de son côté. Tant pis pour ceux qui veulent faire entendre un autre son de cloche dans la République.

Le barre de fer en acier est dans les mains des députés rattachés à la cause du roi. Les lois sélectives, discriminatoires et abominables se votent les yeux fermés. C’est ainsi que le nouveau Code Electoral est passé comme une lettre à la poste à l’Assemblée Nationale. Tout ceci pour rendre les choses difficiles aux formations politiques de l’opposition. Une restriction qui n’a pas empêché celles-ci se mettent en règlent. Elles se sont battues pour se conformer à la nouvelle charte des formations politiques conçues dans le laboratoire de la ruse. Une fois la ruse vaincue, la rage est mise en branle. C’est ainsi que le Président de la Cour Constitutionnelle a décidé d’inventer une nouvelle formule d’exclusion dénommé : « certificat de Conformité». Une disposition qui ne figure nulle part dans la loi électorale. La décision est prise et semble être sans recours. Toutes les véritables formations politiques de l’opposition se sont vues recalées. Leurs contestations n’ont visiblement rien donné. Même la Cour Suprême saisi dans ce cadre s’est déclarée incompétente. Si certains partis opposés au régime actuel,  comme l’Union Sociale-Libérale (USL) ont pris le risque de déposer leurs dossiers à la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA) sans le fameux ‘’Certificat de Conformité’’, les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) et Restaurer l’Espoir (RE) ont été catégorique. Pour ces derniers, il n’est pas question de s’aligner devant la CENA tant que cette épine de conformité unilatéralement placée dans les bottes du processus électoral en cours ne soit éliminée ou briser pour faciliter l’égalité des chances. Seulement au niveau du système étatique, on fonce toujours la tête, en ravivant ainsi la tension politique et sociale. Et pour le Chef de l’Etat, tout est parfait. Sa rencontre avec quelques membres de l’opposition est soldée par un refus catégorique d’opter pour le dialogue et adoucir le climat déjà trop délétère. Pas de consensus. Pas de compromis. A l’allure où vont les choses, le mode opératoire d’exclusion est irréversible et seuls les partis politiques acquis à la cause du Président de la République pourront aller aux élections. Un bon texte de mémoire donc pour les émissaires de la CEDEAO qui séjournent au Bénin depuis ce dimanche 03 mars 2019 pour s’imprégner des guéguerres pré-électorales. La mission régionale diligentéE au pays a certainement encore en mémoire que tout commence par l’exclusion et les lois tallées au profit d’un camp.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *