Actualité Politique

Bénin/Exclure des législatives : Les Jeunes du PRD grondent à nouveau et exigent l’arrêt du processus en cours

Bénin/Exclure des législatives : Les Jeunes du PRD grondent à nouveau et exigent l’arrêt du processus en cours

Lire leur déclaration

Cotonou le 25 Avril 2019.

DÉCLARATION DE LA JEUNESSE DU PRD A L’ATTENTION DE LA COMMUNAUTÉ NATIONALE ET INTERNATIONALE

Messieurs les Représentants des pays membres du Conseil de Sécurité de l’ONU ;

Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU ;

Monsieur le Président en exercice de la commission de l’Union Européenne ;

Monsieur le Président de l’Union Africaine ;

Monsieur le Président en exercice de la Ligue Arabe ;

Monsieur le Président en exercice de la CEDEAO ;

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs Accrédités près le Bénin ;

Messieurs les Défenseurs des Droits de l’Hommes et valeurs démocratiques du Bénin ;

Pays et Peuples Amis du Bénin.

La Conférence des Forces Vives de la Nation du Bénin, tenue à Cotonou du 19 au 28 février 1990, en redonnant confiance au peuple, a permis la réconciliation  nationale et l’avènement d’une ère de Renouveau Démocratique.

En adoptant la constitution après la Conférence Nationale, le peuple béninois a réaffirmé son opposition fondamentale à tout régime politique fondé sur l’arbitraire, la dictature, l’injustice, la corruption, la concussion, le régionalisme, le népotisme, le régionalisme, et surtout la confiscation du pouvoir et le pouvoir personnel.

Il a aussi proclamé solennellement sa détermination et son attachement pour un Etat de droit et de démocratie pluraliste, dans lequel les droits fondamentaux de l’homme, les libertés publiques, la dignité de la personne humaine et la justice sont garantis, protégés et promus comme la condition nécessaire au développement véritable et harmonieux de chaque béninois tant dans sa dimension temporelle que spirituelle.

Aujourd’hui comme hier, c’est toujours cette constitution, avec les principes cardinaux sus-évoqués qui constitue le contrat social de l’existence du peuple béninois dans ses différentes et diverses composantes.

Seulement que depuis 2016, à l’avènement du régime dit de  la rupture, la démocratie chèrement acquise, de notre chère patrie, la République du Bénin est confrontée à de rudes épreuves et perd progressivement sa substance.

L’opposition ne jouit plus de ses droits. La société civile et les syndicats ne sont plus écoutés à la table de négociation. La liberté de manifester est  supprimée.

L’Etat de droit est mis en veilleuse sous l’emprise d’une insécurité juridique obligeant des compatriotes à un exil forcé.

Seulement en trois années de gestion de Patrice Talon, notre pays compte déjà une dizaine d’exilés politiques.

A tout ceci s’ajoutent les conflits d’intérêt au sommet de l’Etat, un coup dur pour les entreprises privées qui n’opèrent plus que dans un environnement particulièrement dominé par les monopoles privés transformés en monopole d’Etat exclusivement au profit des personnes proches du régime.

C’est dans ces circonstances inquiétantes décrites, qu’à la faveur de la réforme du système partisan, une démarche, savamment orchestrée, en complicité avec les Institutions de la République,  notamment la CENA et la Cour Constitutionnelle, appuyées par le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publiqueest mis en œuvre pour apprêter les élections législatives aux seuls partis politiques, créés au bon vouloir du Président Patrice TALON.

La machination mise en œuvre a abouti à l’exclusion  sans gêne de toutes les autres formations politiques, celles de l’opposition et celles soutenant le pouvoir qui refusent de se fondre dans les deux blocs que sont: l’Union Progressiste (UP) et le Bloc Républicain (BR).

Malgré les nombreux appels lancés, par les éminentes personnalités de la République et les cris du peuple, pour une gouvernance meilleure et une élection inclusive, le Président TALON reste  insensible, inflexible, démontrant son obstination à s’engager sur le chemin du passage forcé en vue de la mise en place d’une Assemblée Nationale monocolore, son rêve.

Mesdames et Messieurs,

Notre chère patrie s’éloigne des valeurs d’un vrai Etat de droit animé par la multiplicité des opinions.

La déception de la République s’en va grandissante et l’on assiste lamort dans l’âme, à l’effondrement des principes fondamentaux de notre démocratie ; le pays s’enlise de plus en plus dans un gouffre aux lendemains incertains.

Malgré tout ça, le Gouvernement, loin d’user sagement de voies et moyens susceptibles de sortir le pays de cette crise entretenuepréfère faire déployer des engins de guerre (chars mitrailleurs, pickups militairesarmés et autresvéhicules remplis d’agents en uniforme) dans les grandes villes du pays, dans le vil dessein de semer l’intimidation et de créer la terreur et la psychose au sein des paisibles citoyens.

C’est pourla première fois que depuis l’avènement de la démocratie pluraliste au Bénin, un régime a franchi<<la ligne rouge>> au mépris de la sécurité des citoyens.

Ce passage en force sous–tendu par des objectifs inavouéset sordides est inacceptable, car il peut conduire au basculement dans une impasse politique menaçant la paix et la cohésion sociale.

L’instabilité et la hantise sont perceptibles.

Notre démocratie est en danger.

Bref, le tableau est sombre et n’augure en aucun cas d’un avenir meilleur.

Il est des moments où le silence prolongé peut conduire à la ruine, dans l’abîme et peut coûter cher, très cher à une Nation, comme ce fut le cas dans plusieurs pays de la sous-région et dans le monde.

Pour éviter le chaos à notre pays, le Bénin, il est impératif pour le Groupe de Réflexion des Jeunes du Parti du Renouveau Démocratique (GRJ-PRD), d’attirer l’attention des Excellences citées, de l’opinion nationale et de la Communauté Internationale sur la situation qui secoue le Bénin actuellement.

 Mesdames et Messieurs les Membres de la Communauté

Internationale,

Notre pays mérite mieux et nous pensons qu’une autre gouvernance est possible. Une gouvernance qui traduit les aspirations légitimesdu peuple et qui se résument en deux points :

  • l’organisation obligatoire des élections législatives
  • l’abrogation de la nouvelle charte des partis politiques et du nouveau code électoral.

 

Mesdames et Messieurs les membres de la    Communauté Internationale,

Nous vous demandons d’user de toutes vos possibilités afin de faire fléchir la position de Monsieur Patrice Talon pour des élections législatives inclusives, libres et transparentes au Bénin.

Nous espérons  que vous serez sensibles au cri de la jeunesse du Parti du Renouveau Démocratique et de la Jeunesse béninoise toute entière.

Nous vous remercions.

 Le Groupe de Réflexion des Jeunes PRD

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *