Politique

Présidentielle de 2016 : Que sont devenus certains candidats malheureux ?

Présidentielle de 2016 : Que sont devenus certains candidats malheureux ?

En mars 2016, le Bénin a organisé une élection présidentielle qui a mis en compétition 33 candidats. Une compétition qui a permis l’élection du Président Patrice Talo à la magistrature suprême. Mais depuis, certains candidats malheureux se sont éloignés du paysage politique, voire même de leurs partis et militants. Ils sont devenus introuvables, injoignables, inaccessibles ou tout simplement disparus des radars. Par contre d’autres ont pu trouver la lumière et attendent impatiemment le son de cloche pour s’aligner, à nouveau, dans la course…

 Par Gilbert MAKOU

Ils étaient 33 candidats à briguer le suffrage des béninois. Il s’agit de : Saliou Youssao Aboudou, Simon Pierre Adovelande, Elisabeth Agbossaga, Gabriel Ajavon, Sébastien Ajavon, Fernand Amoussou, Mohamed Atao Hinnouho, Issa Badarou-Soulé, Nassirou Bako-Arifari, Abdoulaye Bio-Tchané, Karimou Chabi Sika, Marcel de Souza, Daniel Edah, Azizou El-Hadj Issa, Kamarou Fassassi, Marie-Elise Gbedo, Robert Gbian, Zacharie Cyriaque Goudali, Omer Rustique Guezo, Gatien Houngbédji, Jean-Alexandre Hountondji, Soumanou Issoufou Moudjaïdou, Issifou Kogui N’douro, Bertin Koovi, Pascal Irénée Koupaki, Christian Lagnide, Aké Natondé, Zul-Kifl Salami, Issa Salifou, Richard Senou, Patrice Talon, Kessile Sare Tchala, Lionel Zinsou.

Puisqu’il ne devait y avoir qu’un seul pour le fauteuil présidentiel, le choix du peuple s’est porté sur Patrice Talon, avec un score de plus de 65%. Les autres candidats ont vite fait de se choisir un destin (une place au soleil pour certains). Il y a eu des ralliements, des abstentions et des oppositions. Chacun des candidats a choisi l’option qui lui semble la mieux indiquée.

Parmi ceux qui se sont ralliés au camp victorieux, certains candidats malheureux ont bien pu tirer leur épingle du jeu. On peut, entre autres citer Pascal Irénée Koupaki (ministre d’état, secrétaire général à la présidence), Abdoulaye Bio Tchané (ministre d’état chargé du plan et du développement), Simon Pierre Adovelande (ambassadeur), Karimou Chabi Sika (Dg Ceb), Soumanou Issoufou Moudjaïdou (ambassadeur). La liste n’est pas exhaustive.

Malgré l’implication de certains anciens candidats dans la gestion des affaires de l’Etat, d’autres ont tout simplement préféré s’éclipser. Que deviennent-ils ? Une interrogation qui parmi tant d’autres titillent l’esprit du peuple béninois. Le candidat Lionel Zinsou a choisi de se consacrer exclusivement à ses affaires. Saliou Youssao Aboudou, est en prison, 60 mois de prison requis contre lui dans l’affaire CNSS-BIBE, Kamarou Fassassi et Marcel de Souza, décédés. Mohamed Atao Hinnouho, Sébastien Ajavon et Bertin Koovi victime d’ennuis judiciaires  et d’un parquet soumis au pouvoir politique. Richard Senou, très malade. Nassirou Bako-Arifari, Robert Gbian, Aké Natondé et Issa Salifou, tous députés nommés à l’assemblée nationale. Daniel Edah, très actif sur les réseaux sociaux.

Elisabeth Agbossaga, Gabriel Ajavon, Fernand Amoussou, Issa Badarou-Soulé, Azizou El-Hadj Issa, Marie-Elise Gbedo, Zacharie Cyriaque Goudali, Omer Rustique Guezo, Gatien Houngbédji, Jean-Alexandre Hountondji, Issifou Kogui N’douro, Christian Lagnide, Zul-Kifl Salami, Kessile Sare Tchala, auraient décidé de garder le profil bas. En tout cas, ils participent rarement aux activités politiques ou associatives.

Quant à ceux qui ont fait le choix de l’opposition politique, certains d’entre eux ont fait des prouesses et tiennent le coup malgré le poids d’une majorité présidentielle engagée et lisible sur tous les fronts. Sur ce point, Sébastien Adjavon et bien d’autres sont les incontournables de l’opposition politique. Ils y ont été rejoints par d’autres partis qui n’avaient pourtant pas présenté de candidats à la présidentielle de 2016.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *