Dossier

Un érudit musulman a eu l’idée de l’évolution 1000 ans avant Darwin

Un érudit musulman a eu l’idée de l’évolution 1000 ans avant Darwin

Charles Darwin est le père de la théorie de l’évolution, mais avez-vous entendu parler du scientifique irakien Al-Jahiz ?

L’histoire de la théorie de l’évolution remonte loin dans le monde musulman.

La théorie de l’évolution du scientifique britannique Charles Darwin est l’une des pierres angulaires de la science moderne.

L’idée que les espèces changent progressivement au fil du temps grâce à un mécanisme appelé sélection naturelle a révolutionné notre compréhension du monde vivant.

Dans son livre de 1859, De l’origine des espèces, Darwin définit l’évolution comme une “descente avec modification”, démontrant comment différentes espèces émergent d’un ancêtre commun.

Mais il semble que la théorie de l’évolution elle-même ait aussi un ancêtre dans le monde islamique.

La sélection naturelle

Environ 1000 ans avant que Charles Darwin n’écrive un livre sur la façon dont les animaux changent par un processus qu’il appelait “sélection naturelle”, un philosophe musulman vivant en Irak, qui s’appelait Al-Jahiz l’avait déjà précédé.

De son vrai nom Abu Usman Amr Bahr Bahr Alkanani al-Basri, l’histoire se souvient de lui par son surnom, Al-Jahiz, qui signifie quelqu’un dont les yeux semblent sortir de leur orbite.

A lire aussi

Timbre représentant le penseur musulman al-JahizCopyright de l’imageSTATE OF QATAR
Image captionLa poste du Qatar a émis un timbre représentant al-Jahiz dans le cadre de sa série Personnalités de l’Islam.

Ce n’est pas la façon la plus gentille d’appeler quelqu’un, mais la renommée d’Al-Jahiz perdure grâce à son livre fondateur, Kitab al-Hayawan (Le Livre des animaux).

Il est né en 776 après J.-C. dans la ville de Bassorah, au sud de l’Irak, à l’époque où le mouvement Mutazilah, une école de pensée théologique qui prônait l’exercice de la raison humaine, gagnait du terrain dans la région.

C’était le sommet de la domination abbasside.

Des travaux de savants ont été traduits du grec à l’arabe et de puissants débats sur la religion, la science et la philosophie ont eu lieu à Bassorah, façonnant l’esprit d’Al-Jahiz et l’aidant à formuler ses idées.

Le papier a été introduit en Irak par des commerçants chinois, ce qui a stimulé la diffusion des idées et le jeune Al-Jahiz a commencé à écrire sur une variété de sujets.

Ses intérêts couvraient de nombreux domaines académiques, y compris la science, la géographie, la philosophie, la grammaire arabe et la littérature.

On pense qu’il a produit 200 livres au cours de sa vie, mais seulement un tiers d’entre eux ont survécu jusqu’à notre époque.

Portrait de Charles DarwinCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLorsque Charles Darwin mourut en 1882, la Grande-Bretagne lui rendit hommage en l’enterrant à l’abbaye de Westminster, où reposent des personnalités nationales célèbres.

Le Livre des Animaux

Son œuvre la plus célèbre, The Book of Animals, est conçue comme une encyclopédie présentant 350 animaux, dans laquelle Al-Jahiz présente des idées qui ont une ressemblance frappante avec la théorie de Darwin sur l’évolution.

“Les animaux s’engagent dans une lutte pour l’existence et pour les ressources, pour éviter d’être mangés et pour se reproduire”, écrit Al-Jahiz, “les facteurs environnementaux influencent les organismes à développer de nouvelles caractéristiques pour assurer leur survie, les transformant ainsi en de nouvelles espèces”.

Il ajoute : “Les animaux qui survivent pour se reproduire peuvent transmettre leurs caractéristiques à leur progéniture.”

Il était clair pour Al-Jahiz que le monde vivant était en lutte constante pour sa survie et qu’une espèce était toujours plus forte qu’une autre.

La couverture du magazine satirique français La Petite Lune en 1871Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionUn magazine français caricature Darwin et sa théorie selon laquelle les humains et les singes partagent un ancêtre commun.

Pour survivre, les animaux devaient avoir des caractéristiques compétitives pour trouver de la nourriture, éviter de devenir eux-mêmes la nourriture de quelqu’un d’autre et se reproduire.

Cela les a forcés à changer de génération en génération.

Les idées d’Al-Jahiz ont influencé d’autres penseurs musulmans qui lui ont emboîté le pas.

Son travail a été lu par des gens comme Al-Farabi, Al-Arabi, Al-Biruni et Ibn Khaldoun.

Le “Père spirituel” du Pakistan, Muhammad Iqbal, également connu sous le nom d’Allama Iqbal, observe l’importance d’Al-Jahiz dans son recueil de conférences publié en 1930, écrivant que “c’est Al-Jahiz qui a souligné les changements dans la vie des animaux à cause des migrations et des changements environnementaux”.

Théorie mahométane

La contribution du monde musulman à l’idée d’évolution n’était pas un secret pour l’intellectuel du XIXe siècle en Europe.

En effet, un contemporain de Charles Darwin, le scientifique William Draper, parlait en 1878 de la “théorie mahométane de l’évolution”.

Dessin de quatre espèces de pinsons observés par Darwin aux îles GalápagosCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionDarwin a remarqué une variation du bec en observant différentes espèces de pinsons sur les îles Galápagos.

Le naturaliste britannique mérite à juste titre sa réputation de scientifique qui a passé des années à voyager et à observer le monde naturel, et qui a fondé sa théorie avec une précision et une clarté sans précédent pour transformer notre façon de voir le monde.

Mais le journaliste scientifique Ehsan Masood, qui a réalisé une série de documentaires pour la BBC intitulée “Islam et Science”, dit qu’il est important de se souvenir de ceux qui ont contribué à l’histoire de la pensée évolutionnaire.

Créationnisme

Il note également que le créationnisme ne semble pas exister en tant que mouvement significatif pendant le IXe siècle en Irak, lorsque Bagdad et Bassora étaient les principaux centres d’enseignement supérieur de la civilisation islamique.

“Les scientifiques n’ont pas passé des heures à examiner des passages de la révélation pour voir s’ils se comparent aux connaissances observées sur le monde naturel”, écrit Ehsan Masood dans un article sur Al-Jahiz dans le journal britannique The Guardian.

“Au lieu de cela, ils sont sortis et ont essayé de découvrir des choses par eux-mêmes.”

En fin de compte, c’est la quête du savoir qui a entraîné la mort d’Al-Jahiz.

On dit qu’à l’âge de 92 ans, alors qu’il essayait de prendre un livre sur une étagère lourde, il s’est effondré sur lui, tuant le philosophe musulman.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *