Afrique

2019 Cameroun : enfin l’épilogue de la crise anglophone ?

2019 Cameroun : enfin l’épilogue de la crise anglophone ?

Libération de prisonniers politiques, « Grand dialogue national », … C’est un Cameroun lézardé depuis plus de deux ans qui a essayé de reconstituer son unité nationale tout au long de 2019. Suffisant pour un processus irréversible ?

Et si les parlementaires camerounais pouvaient tous porter le bonnet du Père Noël en ce 25 décembre ? Le symbole n’aurait rien d’amphigourique. Tant la dernière session extraordinaire reste encore vivace dans la mémoire des uns et des autres.

C’est en effet lors de cette grand-messe au palais de Ngoa Ekelle, siège de l’Assemblée nationale à Yaoundé, que les élus du peuple camerounais ont adopté le 20 décembre dernier le statut spécial pour les régions occidentales d’expression anglaise.

En attendant son approbation par le Sénat, sa promulgation par le président Biya et malgré les objections du Front social-démocrate (SDF, opposition), ce statut qui s’inscrit dans le nouveau projet de loi portant sur la décentralisation fait gagner des avantages significatifs aux zones camerounaises de l’ouest.

Ces régions pourront par exemple élaborer leurs propres « politiques publiques dans les domaines de l‘éducation et de la justice », selon l’AFP. Non sans la vigilance de l’Assemblée générale des chefs traditionnels du Nord-ouest et du Sud-ouest (The House of Chiefs), une institution mise en place en 1960 et dissoute en 1972 jouera un rôle prépondérant dans le développement des collectivités locales, en ce qu’elle a été investie du pouvoir de destituer un Conseil municipal ou régional.

En finir avec la « marginalisation » ?

C’est la principale recommandation de ce que les autorités camerounaises ont appelé « Grand dialogue national » tenu du 30 septembre au 4 octobre derniers à Yaoundé, la capitale. Des retrouvailles qui ont réuni plus de 400 délégués afin de débattre des solutions à ce que des observateurs appellent désormais « crise anglophone » pour désigner le conflit politico-sécuritaire entre Yaoundé et les deux régions de l’Ouest camerounais d’expression anglaise.

Une crise née en novembre 2016 lorsque des Camerounais de ces régions commencèrent à dénoncer la « marginalisation » dont ils se disaient être victimes de la part du gouvernement central, tout en revendiquant un retour au fédéralisme comme c‘était le cas avant 1972. D’autres plus radicaux, mais minoritaires d’après des observateurs ont émis l’idée de création d’un État indépendant dénommé Ambazonie.

Des doléances auxquelles Yaoundé n’a pas daigné déférer. C’est ainsi qu’en fin 2017, des séparatistes prirent les armes pour faire face aux forces armées camerounaises. Et en deux ans, la crise anglophone a déjà fait près de 3 000 morts dans les deux camps, mais surtout parmi les civils dont plus de 700 000 ont dû quitter leurs domiciles pour se réfugier dans d’autres régions du pays ou au Nigeria voisin.

Las de diriger un pays où les rancœurs liées à la crise anglophone ne faiblissaient pas et devenu la principale cible des critiques d’ONG et de puissances étrangères, Paul Biya avait ordonné la libération de quelque 330 personnes arrêtées dans le cadre de ce conflit.

Mis à part la crise anglophone et la menace Boko Haram, l’unité nationale au Cameroun était également mise à rude épreuve par la situation des prisonniers « politiques » dont Maurice Kamto, une des grandes figures de l’opposition, arrivée en deuxième position lors de la présidentielle d’octobre 2018 remportée par Paul Biya selon la cour constitutionnelle.

Et les leaders séparatistes ?

Le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) avait été arrêté à la suite d’une manifestation, fin janvier, pour protester contre les résultats officiels de ce scrutin. Il risquait ainsi une peine capitale pour « insurrection » et « trahison ». Là aussi, le locataire du palais d’Etoudi a estimé qu’il était temps de dire « basta » en libérant l’opposant et une centaine d’autres prisonniers « politiques ».

Mais si les recommandations du grand dialogue national et les mesures y afférentes ainsi que la libération de prisonniers dits politiques ont été saluées aussi bien à l’intérieur qu‘à l’extérieur du pays, la satisfaction totale n’a pas encore pris rendez-vous avec des Camerounais, surtout les radicaux.

Notamment ceux qui pensent que la vraie décrispation découlerait de mesures « fortes » comme la libération et le dialogue avec les leaders séparatistes dont Julius Sisiku Ayuk Tabe qui avait écopé en août dernier d’une réclusion perpétuelle pour « terrorisme » et « sécession ».

De quoi rendre les sécessionnistes davantage intransigeants. « Les habitants de l’Ambazonie n’ont pas besoin d’un statut spécial. Nous ne faisons pas partie du Cameroun », avait déclaré Ebenezer Akwanga, chef d’une des factions armées des séparatistes. « L’Ambazonie marche vers la liberté et rien ne pourra nous arrêter », avait-il ajouté.

« Rien de moins que l’indépendance totale pour le peuple du Southern Cameroons (autre nom de l’État anglophone voulu par les indépendantistes), et il n’y a pas moyen de discuter », avait renchéri Chris Anu, un autre responsable.

Et du côte de Yaoundé, il n’y a pas non plus moyen de discuter avec ceux qui ne « déposent pas volontairement les armes ». Ils subiront alors « toute la rigueur de la loi », avait promis Paul Biya.

Pendant ce temps, en dépit d’une « grande » accalmie, les combats se poursuivent sur le terrain. Comme en témoigne la fusillade qui a fait le 19 décembre dernier trois morts et quatre blessés dans la ville d’Ekona dans la région du sud-ouest du Cameroun.

Beaucoup reste donc à faire pour rebâtir l’unité nationale du Cameroun. C’est sans doute l’agenda 2020 de nombreux Camerounais.

africanews.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *