Actualité Société/Culture

Burundi : plus de 140.000 personnes tuées ou portées disparues depuis 1962

Burundi : plus de 140.000 personnes tuées ou portées disparues depuis 1962

Plus 140.000 personnes tuées ou portées disparues lors des différentes crises qui ont endeuillé le Burundi depuis son indépendance en 1962 ont déjà été identifiées, a annoncé mardi la Commission vérité et réconciliation (CVR), en insistant sur le fait qu’il s’agissait d’un chiffre provisoire.

“Aujourd’hui, la CVR a déjà identifié provisoirement 142.505 personnes tuées ou portées disparues dans les différentes tragédies que notre pays a traversées. Il s’agit de personnes dont nous avons identifié les noms et la provenance en partant de la province, la commune, la colline ou le quartier”, a annoncé Pierre-Claver Ndayicariye, le président de la CVR, en présentant un “rapport d’étape” devant le Parlement réuni en congrès à Bujumbura.

“Cette liste provient des révélations recueillies lors de dépositions faites volontairement auprès de la CVR, mais il y a de nombreux autres témoins qui n’ont pas encore pu témoigner”, a-t-il souligné.

“Ces listes sont provisoires, car il faudrait qu’on enquête pour les confirmer définitivement”, a-t-il ajouté, qualifiant d’“immense” la tâche restant à accomplir.

La CVR a déjà recensé à ce jour plus de 4.000 fosses communes de différentes tailles à travers tout le pays.

Entre 250 et 270 corps ont été déterrés au cours des trois derniers semaines lors d’une opération fortement médiatisée à Kamenge, un quartier populaire de la périphérie nord-est de Bujumbura où est née au début de la guerre civile en 1993 l’ex-rébellion du CNDDFDD, aujourd’hui au pouvoir.

“Nombreuses tragédies”

“Nous ne sommes encore qu’au début (de notre mission), car les tragédies qui ont endeuillé le Burundi sont trop nombreuses, et elles ont emporté beaucoup de personnes et détruit de nombreux biens”, a prévenu M. Ndayicariye.

A sa création en 2014, la commission avait été mise en place pour établir la vérité sur les massacres interethniques ayant frappé le Burundi depuis son indépendance en 1962 jusqu’au 4 décembre 2008, date supposée de la fin de la violence armée dans le pays.

Le Burundi a connu depuis son indépendance une série de massacres interethniques, – qui ont culminé en 1972 -, et de coups d’Etat, prémices à une longue guerre civile (1993-2006) ayant fait plus de 300.000 morts.

M. Ndayicariye est l’ancien président de la commission électorale lors des élections controversées de 2010 et 2015. L’opposition et la société civile accusent ainsi la CVR d’être instrumentalisée par le pouvoir à l’approche des élections de mai 2020.

Le Burundi est en crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat controversé. Il a été réélu en juillet de la même année.

Les violences et la répression qui ont accompagné la crise auraient fait au moins 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, selon les estimations de la Cour pénale internationale, qui a ouvert une enquête.

AFP

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *