Politique

Elections communales et municipales du 17 mai prochain:Luc Atrokpo nourrit des ambitions risquées pour Cotonou

Elections communales et municipales du 17 mai prochain:Luc Atrokpo nourrit des ambitions risquées pour Cotonou

_(Après 12 années passées à la tête de la mairie de Bohicon, il a décidé de viser loin. Les jours à venir risquent d’être chauds pour lui)_

La période pré-électorale et les positionnements nous offre chaque jour des scènes d’une comédie politique au premier degré. Des acteurs, trop confiants en leurs capacités, en leurs compétences, en leurs qualités qui excluent tout défaut, n’y vont pas de main morte. Prenant souvent les populations pour des analphabètes et se comportant parfois comme des êtres extraordinaires descendus de planètes inconnues, ils nous font boire, jusqu’à la lie, le vin de leur suffisance, de leur prétendue toute-puissance. Alors, quand ils nous sentent ivres de leurs discours grandiloquents, ils sont fiers et convaincus qu’ils sont les meilleurs et que rien ne peut les empêcher d’accéder au trône qu’ils convoitent.

En attendant la publication de la liste officielle des candidats en compétition pour le renouvellement des conseils communaux et municipaux par la CENA, les rumeurs persistent quant au positionnement du maire Luc Atrokpo à Cotonou, plus précisément dans le 13è arrondissement. Après douze années passées à la tête de la mairie de Bohicon, il a décidé de viser loin, il a vu midi de sa porte. Pour ce faire, ses supporteurs ne lésinent sur aucun moyen. Du lynchage médiatique aux réactions contre sa candidature à Cotonou, tout y est utilisé. Car vouloir s’imposer à Cotonou ne va pas sans conséquence.

Le choix de Luc Atrokpo reste un mauvais casting et une stratégie pour se soustraire des 12 années d’échecs à la tête de la ville de Bohicon où pratiquement aucun projet d’envergure n’a pu être réalisé sous sa tutelle. Personne dans l’entourage du maire Luc Atrokpo n’a pour le moment assez de jugeote pour lui faire entendre raison. C’est vrai qu’il fait beaucoup de saupoudrage au plan du social et assez de tapage médiatique, mais la réalité en tout autre. Il a géré une ville qui présente un visage affligeant quand il pleut, des caniveaux à ciel ouvert, n’eut été le projet asphaltage rien ne va changer dans cette ville. Sachant que les carottes sont cuites à Bohicon pour lui, l’homme cherche juste une échappatoire ni plus ni moins.

Après les populations des autres communes, c’est celles de Bobicon qui s’apprêtent à vivre encore les limites de celui qu’elles ont adoubé pour relever leur ville. Luc Atrokpo se disait, lui-même, seul capable d’apporter une réponse à la vie précaire des populations de sa commune. Le voici depuis 12 années, aux commandes d’une population déçue, dominée par le regret et révolté par les actions d’un maire loin de leurs priorités. Et lorsque la force de l’autorité se résume à une échappatoire, c’est une question de casting d’un peuple qui se dit trahi.

Par Gilbert MAKOU

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *